• L UN DES PLUS GRANDS MYSTERES DU MONDE

    Source  le blog de merlin

    L’ "Arbre de vie" du Bahreïn, mystère de la nature…

     

    Il est l'un des phénomènes les plus remarquables au monde : "l'Arbre de vie" du Bahrein s'élève fièrement au milieu du désert, à des kilomètres des sources d'eau et des zones de végétations.

     

    Comment fait-il pour survivre ?

    La question se pose depuis plusieurs années déjà...

     

       

     

    Pour les habitants du Bahreïn, pays situé sur un archipel du golfe Persique au Moyen-Orient, ce n'est pas juste "un arbre". Vieux de 400 ans et mesurant près de 10 mètres de haut, "l'Arbre de vie" se dresse seul au milieu du désert, à environ deux kilomètres de Jebel Dukhan, le point le plus élevé du pays.

     

    Sa survie miraculeuse au milieu de nulle-part et dans des conditions aussi difficiles pousse la population du Bahreïn à penser qu'il s'agit-là de l'unique vestige du mythique jardin d'Eden. Et pour cause ? Sa source d'eau demeure toujours un mystère.

     

    Les biologistes et scientifiques qui sont venus examiner l'arbre sont restés perplexes. Et malgré plusieurs théories, son existence et sa survie dans le désert sont toujours une énigme. Ainsi, certains pensent que les racines de cet arbre, baptisé Sharajat-al-Hayat, s'étendent très loin mais surtout dans les profondeurs, où des sources d'eau encore inconnues viendraient l'alimenter. Mais jusqu'ici personne n'a pu prouver cette hypothèse.

     

    Alors que les habitants du Bahreïn pensent avoir trouvé l'endroit où se situait le jardin d'Eden, les bédouins - nomades de culture arabe vivant dans des régions désertiques du Moyen-Orient - sont convaincus que cet arbre légendaire a été béni par Enki, un dieu de la mythologie sumérienne, associé avant tout à l'eau.

     

    Le Sharajat-al-Hayat est l'une des "attractions" les plus célèbres du Bahreïn. Les touristes se bousculent pour admirer ce mystère de la nature. Mais ces dernières années, ces visites, non surveillées, manquent parfois de respect. Arrivés au pied de l'arbre, plusieurs reporters ont été déçus en découvrant que certains visiteurs gravaient leur nom sur le tronc. Pire, des bombes de peinture sont utilisées...

     

    Autre constat : certaines branches, abaissées, laissent penser que plusieurs personnes ont grimpé sur l’arbre... Triste spectacle pour un phénomène de la nature aussi remarquable, qui devrait, au contraire, être préservé.

     

    Source : Maxisciences

    http://www.maxisciences.com/arbre-de-vie/l-arbre-de-vie-du-bahrein-mystere-de-la-nature_art12618.html

     

     

    Dilmun est mentionnée dans de nombreux textes mythologiques mésopotamiens, en particulier dans Enki et Ninhursag qui attribue la création de Dilmun au dieu sumérien Enki (qui en fit sa résidence et un Jardin d'Abondance présentant des similitudes avec le paradis terrestre ou Jardin d'Eden où Dieu aurait créé l'Homme).

     

    Dans le récit sumérien de la Création Enûma Elish (qui présente des parallèles marquées avec le récit de la Genèse), dans le Poème du Supersage où est décrit le mythe mésopotamien de la Création des hommes (créés, sur proposition du dieu Ea / Enki, à l’image des dieux, et façonnés dans de l’argile, argile auquel la déesse-mère Ninmah insuffla la vie).

     

     

    Et dans le passage de l’Epopée de Gilgamesh où est décrit le Déluge : on y voit le héros de l'Arche, appelé Ziusudra / Atrahasis / Uta-Napishtim (alias Noé), aller s'établir dans le Jardin de Dilmun en compagnie d’Ea, après qu’Enlil le dieu suprême lui eut accordé l’immortalité.

     

    C'est à Bahrein que se trouve le premier puits de pétrole du Moyen Orient, datant de 1932. A Bahrein, l'essence est bien moins cher que l'eau !

     

    Il y a également le point culminant du royaume de Bahrein, Djebel Dukhan (la Montagne de la Fumée). Par temps chaud et humide, cette montagne de 137 mètres de haut est enveloppée de brume, ce qui lui a donné son nom.

     

    L’arbre de vie, à ne pas confondre avec l’arbre de la connaissance du bien et du mal, est mentionné 2 fois dans la bible.

     

    Genèse 3 :24 :

    ‘’ C'est ainsi qu'il chassa Adam; et il mit à l'orient du jardin d'Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie. ‘’

     

    Apocalypse 2 :7 :

    ‘’ Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. ‘’

     

    Cet arbre a un tronc mesurant 3,76 mètres.

     

    Bahreïn est la localisation de l’Éden sumérien Dilmun, entre le Tigre et l’Euphrate, des hommes fondèrent la civilisation de Sumer (6è millénaire av. JC). Les Sumériens perfectionnent l’écriture, les bateaux, l’art de bâtir en briques, la roue, l’école, la démocratie, la justice, la monnaie, les impôts et la médecine. Ils fondent des cités avec un prêtre-roi. Ce sont eux qui ont inventé le système sexagésimal de l’heure, la minute et la seconde…

     

    Aller une fois n’est pas coutume, terminons sur une annecdote insolite qui se déroule au Bahreïn :

     

    Un bonhomme de neige en plein désert !

     

    Dans le désert du Bahreïn, les habitants ont pu apercevoir un bonhomme de neige transporté du Japon pour élire domicile sous le soleil.

     

    Le 15 janvier dernier, un bonhomme de neige a été repéré dans le désert du Bahreïn dans le golfe Persique. Pourtant, aucun flocon n’était tombé sur le sable les jours précédents. Et pour cause, il s’agissait là d’une opération spéciale menée par l’équipe The Sparks. Ce groupe teste les nouveautés technologiques et écologiques de Panasonic. Les deux membres du groupe ont donc répondu à l’appelFacebook de Amna, une jeune fille de Bahreïn, qui regrettait que son frère n’ait jamais vu la neige.

     

    L’équipe des Sparks a alors réussi l’incroyable exploit de transporter un bonhomme de neige jusqu’au désert. Celui-ci a parcouru plus de 8 000 kilomètres avant d’arriver à destination. En effet, il a été construit au Japon, pour ensuite être transporté dans une plaque d’isolation Panasonic, censée conserver au mieux la neige. Ce voyage a duré environ 40 heures.

     

    L’équipe a été accueillie par Amna et son frère, ainsi que par des dizaines d’enfants, heureux d’assister à cette opération originale. Une fois déballé, il ne manquait que la traditionnelle écharpe rouge au personnage de glace. Les enfants ont ensuite pu le toucher et même se lancer dans une étonnante bataille de neige sous un soleil de plomb.

     

    Source : http://jack35.wordpress.com/2011/01/22/un-bonhomme-de-neige-en-plein-desert-video/

     

    Le lieu de l’Eden biblique se situerait pourtant en Irak à Al-Qurna (70 km au Nord d’Al-Basrah), où l’on pouvait trouver l’Arbre d’Adam. L’arbre sacré est mort en 1944, mais un jeune plant a pris la relève.

     

    Un dossier complet sur cet arbre légendaire est disponible ici .

     

    Source : http://krapooarboricole.wordpress.com/2010/02/16/larbre-de-vie-bahrein/

     

    Quelques mots sur l’arbre d’Adam tout de même :

     

    Pour la Bible, ce delta mythique, aux confins du Tigre et de l’Euphrate, à 200 km au sud de Bagdad, a abrité le Jardin d’Eden, le berceau de l’humanité où Adam s’est pour la première fois adressé à Dieu.

     

    Aujourd’hui ce n’est plus qu’un espace désolé, couvert d’excréments, de pierres desséchées et d’impacts de balles. L’arbre d’Adam, où se rendaient en pèlerinage chrétiens, musulmans et juifs, est mort.

     

    « Autrefois, nous considérions que c’était un petit bout du paradis sur terre », déclare Qassem Khalif, professeur d’anglais.

     

    « On a enseigné à chaque génération qu’il s’agissait du vrai Jardin d’Eden et du vrai arbre d’Adam, le lieu où il a pour la première fois parlé à Dieu. Maintenant, vous pouvez le constater, tout est en ruines. Il n’y a ni respect, ni humanité, non… ». Il cherche ses mots. « Pas d’amour ni de gentillesse ».

     

    Que l’on croit en la tradition biblique ou non, la Mésopotamie, le croissant fertile entre le Tigre et l’Euphrate, est le berceau des civilisations de Sumer, d’Akkad, de Babylone et d’Assyrie, auxquelles l’humanité doit l’écriture, le calcul et ses premières villes. C’est là que l’alphabet a été inventé et que nos journées ont été divisées en 24 heures.

     

    C’est là que les premiers poèmes épiques ont été composés pour perpétuer l’histoire collective, et que nous avons appris à cultiver. Et c’est là encore que le parti Baas de Saddam Hussein a édifié dans les années 1970 un tombeau, dans le village d’Al-Qurna, pour essayer de tirer profit de l’afflux de pèlerins. Mais la guerre contre l’Iran a commencé.

     

    Le lieu a été négligé et tombe en ruines. Les murs et le sol sont lézardés. Sous le Jardin, sur une jetée polluée par les rejets urbains, des enfants se battent avec une meute de chiens faméliques avant de plonger pour nager et pêcher.

     

    « C’est si bête. Comment peut-on fermer le Jardin d’Eden? », s’interroge M. Khalif, qui rappelle que l’Irak, depuis les temps anciens, n’a jamais été un espace fermé.

     

    « Regardez ce qui reste, c’est une tragédie. J’ai honte car nous sommes chargés de le garder. Nous espérons que quand la paix reviendra en Irak, des gens du monde entier reviendrons et prierons à nouveau devant l’arbre d’Adam », poursuit-il.

     

    Après la guerre du Golfe en 1991, la région a été victime de la politique de la terre brûlée de Saddam Hussein, en raison du soutien apporté par le sud du pays aux forces alliées et de la tentative de soulèvement qui y a eu lieu. Le parti Baas au pouvoir a asséché les marais et détruit la vie des indigènes, descendants des anciens Sumériens et Babyloniens, sous le prétexte fallacieux de rendre cette terre salée cultivable.

     

    Aujourd’hui, après une nouvelle guerre, les troupes britanniques du régiment irlandais du 1er Bataillon royal sont accueillies par des applaudissements. Leurs véhicules sont couverts de fleurs de frangipaniers roses et de soucis d’un orange éclatant. Les enfants poursuivent le défilé des troupes et les invitent à entrer dans le Jardin, mais ils refusent.

     

    « Ce n’est pas le lieu pour les uniformes et les armes, cela n’a jamais été le cas et cela ne le sera pas maintenant », déclare le commandant Mike Murdoch, officier irlandais qui a pris le contrôle d’Al-Qurna dans les heures qui ont suivi la chute du régime de Saddam Hussein. M. Khalif dit que la population lui est reconnaissante de son geste.

     

    « Nous, les gens d’Al-Qurna, nous pensons que c’est un lieu exceptionnel et c’est notre vœu le plus cher qu’un jour sa gloire ancienne soit restaurée. Car la gloire du Jardin d’Eden est la gloire de Dieu ». 

     

    ARTICLE SOURCE de AL-QURNA (Irak) (AFP), le 13-04-2003

    Source : http://blog.lesinsoumis.org/jardin-deden-et-irak/

     

    Mais heureusement depuis plus de 400 ans l’arbre de vie, lui demeure la imperturbable, mais pour combien de temps encore…

     

    A vous de juger sur tout cela, comme toujours…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :