• LE MYSTERE DU VERBE PERDU

    Image du Blog virtuellife.centerblog.net

    Au temps de la Captivité Babylonienne de Judée, qui
    suivit environ un siècle après que les Douze Tribus du Nord, ou Israël aient été
    enchaînées en captivité par les Assyriens, la Palestine était devenue une nation
    plus ou moins homogène, dans le sens où les différents courants ethniques
    présents dans le pays avaient été assimilés, et que de ce mélange étaient venus
    ceux qui à présent s'appellent le peuple Hébreu. Ce processus avait été
    poursuivi pendant des milliers d'années, depuis l'époque d'Abraham jusqu'à
    l'époque de l'Exil Babylonien. De nouvelles incursions de peuples étrangers
    continuèrent à avoir lieu de temps en temps, cependant, et ainsi, jusqu'à
    l'époque du Christ, il y avait des poches dans lesquelles le sang immigrant
    demeurait encore dans un état originel non assimilé.

     

    Pourtant la grande masse de la 
    population était devenue une nation Hébraïque.  Le courant ethnique dominant
    était celui des Amorrites, dont le roi modèle est le grand et mystérieux
    Melchisédech, qui gouverna à Salem, et à qui Abraham promit son allégeance, et
    dont la langue (dialecte) avait été adoptée par Abraham. Ceux qui étudient la
    Bible aujourd'hui cherchent la possibilité qu'Abraham, au lieu d'être Araméen,
    comme supposé auparavant, et comme établi dans la Bible, était en réalité du
    même sang que Melchisédech, c'est à dire, un Amorrite.  C'est une race grande,
    puissante et rousse qui a continué de construire dans l'histoire les grands
    différents héros, tel que Samson et Simon fils de Kocheba. Ce dernier était haut
    de huit pieds, et la Bible semble montrer que ce  Samson était semblable en
    proportions. Jésus de Nazareth est traditionnellement pensé avoir la taille d'au
    moins six pieds.

     

     

     

    Dans la Bible et les Apocryphes il
    nous est dit que Juda et Dan ressemblaient aux Amorrites, tant qu'ils pouvaient
    se déguiser eux-mêmes en Amorrites et se mélanger parmi les ennemis sans être
    découverts.

     

    Dan, comme Juda, était une des tribus
    du sud, mais étant incapable de défendre le territoire lui étant  assigné, qui
    était proche de celui de Juda, elle émigra vers le Nord, où elle devint la
    double tribu de Nephtali. Hiram Abiff, le Maître d'œuvre  du Temple de Salomon,
    était d'une de ces deux tribus, selon la Bible.

     

    Le terme "Canaanite" inclut
    véritablement  les différentes races qui s'étaient installées en Palestine à peu
    près au même moment où les Hébreux vinrent avec Moïse et Josué, ce qui explique
    la guerre continuelle entre ces deux peuples. Les Phéniciens s'appelaient
    eux-mêmes "Canaanites", et ils parlaient une forme de dialecte Occidental
    semblable à celui parlé par Melchisédech, et qu'adopta Abraham. L'Araméen est le
    dialecte Oriental d'une langue soi disant Sémitique de base pour les peuples de
    Mésopotamie, de Syrie, et de Palestine. Le dialecte Occidental, ou Amorrite, est
    par conséquent la racine de ce que nous appelons aujourd'hui l'Hébreu. Si les
    chercheurs actuels sont justes, Abraham apprit et maintint cette langue alors
    qu'il était encore en Babylone.

     

     

     

    Quel fut
    le ciment qui relia ces peuples en une nation ?  Ce fut la religion de Moïse, le
    grand législateur, éduqué et entraîné en Egypte, qui créa la nation Hébraïque.
    Nulle part dans l'histoire le pouvoir d'une idée n'a été montré plus clairement
    qu'ici, où l'enseignement  du grand Initié Egyptien amena un peuple et une
    nation à l'existence.  Nous avons vu le même processus se répéter aux Etats Unis
    d'Amérique.

     

    Mais une
    religion organisée est à la base un système d'idées ou de concepts. Quel fut le
    concept qui  avait le pouvoir de créer une nation dédiée à la venue d'un sauveur
    du monde au Temps de la Fin ?  Ce fut le concept de l'Immanence de la
    Divinité, la compréhension que Dieu qui créa l'univers est en chaque chose et
    partout présent; mais qu'Il est aussi transcendant—n'est pas limité par Sa
    création  mais au-dessus et au-delà. C'est l'enseignement du Mystère essentiel
    de l'Ancien Testament.

     

     

     

    Le Nom
    de Dieu
    transmet ce concept, mais il n'est pas uniquement un Nom; il est un
    composite de plusieurs Noms. Sa racine, cependant, est le mot Hébreu,
    ehyeh, signifiant Existence Eternelle. Dans la traduction Anglaise de la
    Bible ceci est donné comme I AM, ou I AM THAT I AM  ( JE SUIS QUI
    JE SUIS), alors que l'orthographe de la racine est habituellement  donnée,
    combinée de voyelles, comme Yahvé, ou Jéhovah. Ce n'est pas la faute de Moïse si
    plus tard les Hébreux prirent ce Nom Divin pour signifier seulement propres
    dieux tribaux ou dieux de la nature. Les Grands Prêtres et le Roi connurent
    toujours la vérité—que le Nom signifie Dieu Suprême de l'univers, le Dieu de
    toutes races et de tous les êtres, et pas seulement un dieu des différentes
    tribus Hébraïques.

     

     

     

    Chaque
    race qui vient à la vie sur Terre, cependant, a son propre gouverneur angélique
    ou génie, et l'Archange Michael fut ce Génie de l'Idée-Race Hébraïque. Ce fut
    lui qui apparut à Moïse dans le désert du Sinaï, qui donna à Moïse le Nom  Dieu
    et le grand Enseignement du Mystère de L'Etre Eternel. Nous lisons le récit dans
    le troisième chapitre de l'Exode, où Moïse vit un "buisson" brûlant mais
    cependant ne se consumant pas. Le "buisson" brûlait parce qu'en fait ce n'était
    pas un buisson du tout mais les courants auriques d'un Archange; car les
    Archanges sont des ardents Etres Solaires. Puis, la Bible dit, "Dieu l'appela du
    buisson". C'est à dire, une voix lui parla, des courants ardents de l'aura
    archangélique.

     

     

     

    Ici, au
    lieu de dire "Dieu parlait", il serait plus correct de dire "le dieu parlait",
    signifiant Michael l'Archange.  Il parlait cependant, de la volonté de Dieu pour
    la future nation Hébraïque, et dans ce sens nous pouvons dire que "Dieu
    parlait".

     

    La Voix
    Archangélique continua : "Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham et le
    Dieu de Jacob". Il commanda alors à Moïse de mener son peuple hors d'Egypte et
    de revenir vers le pays de Canaan. A ceci Moïse objecte : "Si je vais vers le
    peuple d'Israël et lui dis, Le Dieu de vos pères m'a envoyé vers vous, et
    qu'ils me demandent, Quel est son nom ? Que lui dirai-je". Alors
    l'Archange répondit : "JE SUIS QUI JE SUIS. Dis ceci au peuple d'Israël, JE
    SUIS
     m'a envoyé vers vous…ceci est mon Nom pour toujours et ainsi
    dois-je être rappelé à travers toutes les générations".

     

     

     

    Le point
    devant être observé ici est que l'Archange n'a pas, en fait, donné son nom du
    tout. Il  dit, "Je suis  qui je suis".

     

    Le Nom de
    Dieu donné à Moïse, et qui n'est pas, bien sûr, rapporté  dans aucun écrit ou
    page imprimée, signifie, comme nous l'avons dit, l'existence éternelle; et ce
    concept semble si abstrait et vague que les étudiants orthodoxes sont arrivés à
    voir la révérence Hébraïque  pour le Nom comme une sorte de superstition. Parce
    que l'orthographe véritable et la prononciation du Nom a été perdue, il est
    considéré comme le mot perdu, car le mot perdu de la Maçonnerie n'est rien
    d'autre que ceci, la véritable prononciation du Nom de Dieu. De l'Archange
    Michael la Bible dit, "Mon Nom est en lui", parce qu'il représente  la déité
    tutélaire de la nation Hébraïque, qui représente Dieu  pour ce peuple. En termes
    astronomiques, le Tétragramme  est inscrit sur l'ardent disque solaire doré du
    Soleil.

     

     

     

    Prenez
    note que ce n'est pas le Nom mais le concept qui a le pouvoir. Le Verbe, ou Nom
    de Dieu, est exprimé dans toute la création; c'est le Son Archétypal  qui
    maintient les univers  et révèle les processus d'évolution; mais derrière  le
    ton universel, il y a le Concept ou Idée Archétypale.

     

     

     

    Le Concept
    de Divinité est la seule Idée la plus puissante que l'esprit humain puisse
    recevoir, et quoique, véritablement, la parole humaine ne puisse prononcer le
    Son de la Création ni le Nom d'un Archange, pourtant il y a certains
    modèles-sons qui furent anciennement connus des Initiés dans les Mystères qui
    avaient le pouvoir de produire des effets miraculeux.

     

     

     

    La science
    moderne commence seulement à comprendre le pouvoir caché du son, spécialement
    dans la portée supra sonique de vibrations qui sont inaudibles à l'oreille
    humaine. Dans cette portée supra sonique les voix des Hiérarchies Créatrices,
    qui sont collectivement Dieu, continuent de chanter de chanter le chant de vie
    de notre univers;

     

    Dans les
    temps anciens il y avait des collections de Mots sacrés, tous ensemble comparés
    à la Divinité, les modèles différents de ce qui, pris séparément, pouvait être
    appliqué à une variété de phénomènes sur le plan de la Terre. Certains Mots
    étaient des mots de guérison; certains commandaient aux Esprits de la Nature;
    certains invoquaient l'aide des Anges et des Archanges; seulement un petit
    nombre pénétraient le Trône de Dieu lui-même, dans les pures mains tendues de
    l'Etre Infini.

     

     

     

    De ceci
    nous comprenons pourquoi  le clergé essaya de garder le Mystère du JE SUIS  en
    profond secret. Le JE SUIS ne fut pas faible superstition d'un peuple barbare et
    mené par le clergé. Il fut le véritable modèle-son d'un pouvoir inimaginable.
    Cependant, comme la nation et son clergé se dégénérèrent, les marques
    symboliques qui  tenaient lieu de modèle son cessèrent d'avoir une
    signification, car le véritable modèle ne pouvait seulement être transmis que
    par Initiation.  Ce n'était pas quelque chose qui pouvait être "transmis" ni par
    écrit, ni verbalement. Le Verbe  devait être "vécu" avant qu'il ne puisse être
    "parlé".  L'Initié devait devenir le Verbe, qui était alors incarné dans la
    chair et dans le sang.

     

    Tel fut
    l'accomplissement du plus grand Initié de la race humaine, l'homme Jésus de
    Nazareth, le descendant des rois de Juda, dont le Concept-Tétragramme de chair
    et de sang était devenu visible  et tangible sur Terre; et qui devint le
    véhicule ou support pour le puissant Esprit Christ, pour l'élévation de la
    planète entière et de tous les êtres vivants sur elle.

     

     

     

    Puisque
    l'Age du Verseau approche, qui est l'Age du Fils de l'Homme, la connaissance des
    Mystères du son deviendra une possession commune des éclairés, la race humaine
    régénérée.  La première étape  de cette connaissance est la compréhension de ce
    que nous sommes, en tant qu'Esprits Vierges, l'Image potentielle de Dieu.
    Contemplant la gloire de la Divinité nous disons justement, JE SUIS CELA. Tel
    fut l'Enseignement de la Sagesse des grands Maîtres qui écrivirent la Bible, et
    telle est l'Enseignement de la Sagesse aujourd'hui.

     

     

     

     

     

     

     

    RAYS 
    JUILLET AOUT  2002                          KENT LORIMER

     

     

     

    Traduction
    Chantal Duros


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :