• LES ACCIDENTS NE SONT PAS FORTUITS

    Image du Blog virtuellife.centerblog.net

    Un
    "accident" est un événement qui arrive à une ou plusieurs personnes ou choses
    inattendues, sans prévision ni intention. Par conséquent l'accident se distingue
    de l'ordre général et prévisible des événements comme inhabituel ou séparé. Un
    soi-disant accident est, comme tout autre événement sur le plan physique, une
    pensée dans une certaine partie de sa course.

     

    Une pensée
    est un être crée par la Lumière Consciente et le désir; et qui, lorsqu'il est
    émis, a pour but, une destinée potentielle, et un facteur équilibrant—lequel
    facteur équilibrant, comme l'aiguille d'un compas, pointe vers l'équilibre final
    de la pensée comme un tout. La pensée dure jusqu'à ce que le facteur équilibrant
    ait apporté un ajustement  à travers celui qui a émis l'idée. Le facteur
    équilibrant provoque des extériorisations aussi longtemps que la pensée dure. A
    chaque fois que la pensée, se mouvant dans ses courses, approche le plan
    physique, elle place celui qui l'a émise en état de recevoir une extériorisation
    ce cette pensée. Une extériorisation peut arriver seulement lorsqu'il y a
    jonction de temps, de condition, de lieu. Les lois qui contrôlent
    l'extériorisation ne s'adaptent pas toujours à l'intention et à l'attente des
    personnes concernées; et l'extériorisation est alors appelée un accident. Un
    accident est une partie physique perçue d'une pensée qui poursuit son cours
    autrement invisible. L'extériorisation rend visible cette partie de la pensée
    qui touche le plan physique et n'est pas cependant équilibrée. La démonstration
    est faite  à travers la personne qui est concernée par
    l'accident.

     

     

     

    Des
    accidents  tels qu'une blessure personnelle, ou un grenier frappé par un éclair,
    ou un événement qui prévient quelqu'un avant de s'embarquer sur un bateau  qui
    doit couler, viennent seulement à ceux dont les pensées sont de ce fait
    partiellement extériorisées d'eux-mêmes. Un accident présente à celui à qui il
    arrive quelque chose de son passé, que ce soit récent ou ancien. L'accident est
    une partie de l'une de ses propres pensées qu'il n'a pas équilibrées, et qui
    durera et, de temps en temps, le rencontrera en tant qu'événement physique,
    jusqu'à ce qu'il ait payé ou reçu paiement  à travers l'extériorisation directe
    de la destinée, apprenne ses leçons de cet enfant de l'esprit et du désir, et
    ait satisfait sa conscience. Souvent les accidents viennent pour le blesser,
    souvent pour l'aider, et parfois en tant que protections.

     

     

     

    Les
    raisons  pour lesquelles les événements arrivent sous forme d'accidents, d'une
    manière exceptionnelle, imprévue, sont  qu'un homme ne voudrait pas faire
    certaines choses par lui-même, comme se casser un bras, ou que les circonstances
    n'appellent pas pour la perpétration d'un crime contre lui, c'est à dire, une
    blessure intentionnelle; ou finalement que l'événement  accidentellement est la
    manière la plus facile et la plus directe pour amener la jonction du  temps, des
    conditions, et du lieu, pour l'extériorisation.

     

     

     

    De plus,
    il y a dans la survenue d'un accident un appel spécial pour l'attention. Un
    accident, plutôt qu'un événement ordinaire, produit ceci parce que l'accident
    est inattendu, effrayant.

     

    Un
    accident est amené dans le cours ordinaire  de la loi de pensée en tant que
    destinée. Chaque homme a un grand nombre de pensées tournant dans son atmosphère
    mentale, allant vers une extériorisation  sur le plan physique. Les pensées
    survivent avec une tendance  à s'extérioriser dans les événements que le facteur
    équilibrant en chacune d'elles requiert et projette.

     

    Les
    pensées commencent et continuent leurs cycles depuis le moment où la personne
    les émet. A chaque fois qu'elles   approchent du plan physique, elles cherchent
    à s'extérioriser; mais elles sont souvent retenues par les extériorisations de
    sa destinée actuelle. Lorsqu'il y a une opportunité, aussi blessante soit-elle,
    la nature entière de l'homme s'empare d'elle et l'utilise pour précipiter  un
    événement qui apportera une de ces extériorisations.  Chaque pensée, une fois
    émise, dure et apparaît cycliquement, extériorisée en tant qu'événement
    physique. Pour ce dessein, celui qui a émis une pensée appelle mentalement ou
    psychiquement d'autres personnes concernées par cette pensée, à travers leur
    atmosphère. Si un cycle d'une pensée de ces personnes coïncide avec un cycle
    d'une des siennes, ceci produira, non intentionnellement pour la première,
    l'événement qui est appelé accident.

     

     

     

    Une autre
    manière dont arrivent les accidents est par les élémentaux [ Perceval définit
    un élémental comme un élément de la nature se manifestant comme l'élément du
    feu,  de l'air, de l'eau ou de la terre, individuellement; ou comme un élément
    individuel d'un élément dans la masse des unités.—Ed.
    ] , des éléments de la
    nature. Ils suivent et sont liés par la pensée d'un homme, et se ruent avec elle
    dans son corps comme une impulsion, pour qu'il accomplisse de façon inattendue
    un acte qui résulte en accident pour lui; il peut, par exemple, se couper
    lui-même; ou il peut tomber devant une voiture à vive allure. Une autre manière
    dont les élémentaux  peuvent agir pour précipiter une pensée est en produisant
    un événement sans intervention humaine, comme lorsque le feu brûle un homme,  ou
    des cendres entrent dans son œil, ou de la glace fondue coule sur lui du toit,
    ou lorsqu'il trouve des objets de valeur. Dans chaque exemple  sa propre pensée,
    cherchant extériorisation, est le moyen de précipiter sur lui l'événement qu'il
    appelle un accident.

     

    Le dessein
    d'un accident est d'appeler son attention vers la pensée dont il est une des
    extériorisations.  Celui à qui un accident arrive peut toujours, en cherchant,
    trouver quelque chose à ce propos. Bien que l'événement  puisse ne pas lui
    révéler son passé entier, il peut  révéler cette portion  de passé qui lui est
    nécessaire de connaître.  S'il essaie de comprendre,  il apprendra, et il
    apprendra davantage que s'il  veut payer—il doit payer de toute façon. Ce qu'il
    apprend l'amènera plus près de l'ajustement.

     

     

     

    Supposons
    que deux hommes voyagent dans une région montagneuse. En plaçant son pied sur
    une pierre peu sûre, l'un deux glisse et tombe dans un ravin. Son compagnon va à
    son secours, trouve le corps mutilé en dessous, parmi les rochers; et près de sa
    main, il découvre, saillant du côté du ravin, une veine aurifère. La mort de
    l'homme appauvrit sa famille  et cause faillite à celui avec qui il était
    peut-être en affaires. A cause de cette chute, l'autre découvre un filon d'or
    qui devient une source de richesse. Une telle occurrence  est dite être un
    accident, apportant la mort à l'un, chagrin et pauvreté à certains, faillite à
    d'autres, et "bonne chance" au camarade dont la richesse est acquise par
    chance.

     

     

     

    Il n'y a
    pas d'accident ou de chance connectée avec de tels événements. Chacun des
    événements est en accord avec le développement de la loi en tant que destinée,
    et est une extériorisation de quelque pensée, émise par la personne affectée,
    bien qu'au delà des limites de perception.

     

    Celui qui
    a été  tué était un homme dont le temps alloué avait fini sa course, bien que sa
    mort puisse être survenue un peu plus tôt ou puisse avoir été ajournée pour un
    court moment. Le style  de sa mort  a été prédéterminé pour être soudain. De
    plus, il était nécessaire, compte tenu de sa famille et de ses relations
    d'affaires, que ses relations à elles soient coupées de façon abrupte. Par
    conséquent il subit une mort soudaine.

     

     

     

    Que la
    pauvreté  éveille la confiance en soi dans ceux qui ont été dépendants du décédé
    et mette en avant des qualités  qui pouvaient ne pas être remarquées  lorsqu'ils
    étaient dépendants d'un autre, ou s'ils deviennent découragés, s'abandonnant au
    désespoir, ou devenant indigents, repose largement sur le passé de ceux qui sont
    concernés.

     

    Si le
    décédé avait été plus soigneux dans la sélection de son chemin, il aurait pu ne
    pas tomber, bien que sa mort, telle que requise par la loi,  aurait été ajournée
    simplement que peu de temps. Si  son compagnon n'avait pas descendu le périlleux
    chemin dans l'espoir de lui porter assistance, il n'aurait pas trouvé le moyen
    par lequel il a acquis sa richesse. Cependant, même si la peur l'avait  empêché
    d'aller porter secours à son camarade, il aurait seulement reporté sa
    prospérité, parce que la richesse devait  être le résultat de pensées et
    d'œuvres passées. En ne laissant pas passer une opportunité qui devait se
    présenter, il hâtait sa prospérité.

     

    Il est
    préjudiciable de parler d'accident et de chance  pour des événements survenant
    sans cause et sans tenir compte  de la loi.  Un tel usage sans réflexion des
    paroles favorise chez les gens la croyance qu'ils peuvent agir ou manquer d'agir
    et ne pas en être tenus redevables. Ils en arrivent à croire que les choses
    peuvent leur  arriver sans cause. Ainsi ils peuvent assombrir leurs conceptions
    morales. Ils limitent leurs vues et raisonnement pour les choses  sur le plan
    physique; ils croient à la chance, et sont enclins à devenir irresponsables.

     

    Les
    événements qui affectent  peu ou beaucoup, ou une race ou un continent, ou me
    monde entier, arrivent à  ceux à qui ils donnent avantage ou  affligent selon le
    travail de la loi de pensée en tant que destinée. A chaque individu sont
    extériorisées quelques unes de ses pensées passées. Les pensées pressent une
    ouverture pour l'extériorisation. Si il y a beaucoup de gens dont les pensées
    tendent vers un événement similaire, ils sont rassemblés même aux confins de la
    terre pour occasionner les accidents en question.  A chacun vient l'avantage ou
    la perte qui extériorise quelques unes de ses pensées passées.

     

    Les
    accidents qui surviennent à une communauté, comme une conflagration, un cyclone,
    une inondation, ou la pestilence, sont également les extériorisations de pensées
    de ceux qui sont affectés. Sous ce processus tombent aussi  la destruction des
    hameaux et cités, et la dévastation des cultures,  comme la destruction
    impitoyable de Carthage, la mise à sac de Rome, le pillage des établissements
    d'Espagne par les boucaniers, ou la conquête du pérou. Dans ces cas les "justes"
    souffrent avec les "injustes". Les "injustes" sont les mauvais dans le présent;
    les "justes" sont les mauvais du passé. De telles destinées ont été créées par
    l'action et l'inaction, la participation et l'indifférence, des habitants à des
    époques telles que la persécution des Huguenots, ou des Pays Bas par Alva,  ou
    des Quakers par les Puritains dans la Nouvelle Angleterre. Ils seront réunis
    ensemble dans le cours du temps , et leurs pensées les mèneront en lieu et temps
    de l'extériorisation de ces pensées passées. Ce lieu peut être  la même
    localité; ou les gens peuvent être rassemblés dans un autre lieu et vivre là
    dans la prospérité ou dans le trouble et partager les accidents du désastre
    final.

     

     

     

    Le
    "règlement de compte" peut être tenu depuis longtemps, mais il est certain
    d'arriver.  Les Etats Unis d'Amérique furent tenus à part par les Intelligences
    pour mettre à l'épreuve  l'indépendance par la multitude, et ainsi ils ont été
    menés vers le succès dans leurs différentes guerres, leurs institutions
    politiques et leurs entreprises économiques, en dépit des actions du peuple.
    Dans la paix et la guerre, leur fuite des conséquences naturelles de leur
    égoïsme  et de l'indifférence est frappante. Mais cette protection et ce succès
    universel, que les manuels d'histoire et les orateurs semblent prendre en
    matière de cours, ne peuvent durer. Ils doivent être une justification pour que 
    tous ces peuples tolèrent et  font en violation de leur grande responsabilité. 
    Les bigots de la Nouvelle Angleterre, les marchands d'esclaves du Massachusetts,
    les exploiteurs d'esclaves du Sud, les oppresseurs des Indiens, les corrupteurs
    politiques et autres se rencontreront le moment venu et souffriront  au
    règlement de compte  qui est sût d'arriver.

     

     

     

    Dans
    chaque vie il y a de nombreux événements qui sont généralement regardés comme
    des accidents. De tels événements sont, pour en mentionner quelques uns : la
    naissance à un moment particulier dans une certaine région, race, famille et
    religion; naissance dans des conditions favorables ou défavorables; naissance
    dans un corps sain ou malade; naissance avec certaines tendances psychiques et
    aptitudes mentales. Les vies des gens sont largement composées d'événements
    qu'ils ne peuvent choisir, et qui semblent être déterminés par accident. Parmi 
    ceux ci des opportunités sont offertes pour entrer en commerce, en affaires, ou
    en vocation; les relations de chance qui causent, préviennent, ou cessent  les
    associations dans le travail ou le commerce; et les conditions  qui mènent ou
    entravent le mariage et l'amitié.

     

     

     

    Les gens,
    s'ils ne regardent pas les événements en tant que événements de chance, les
    expliquent comme la volonté de Dieu et cherchent consolation dans leur religion.

     

     

     

     

     

     

     

    RAYS  MAI 
    JUIN  2002                HAROLD PERCIVAL

     

     

     

    Traduction
    Chantal Duros POUVOIRS


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :