• LAMPES PERPETUELLES

    POUVOIRS

     

    Des lampes qui brillent pour l’éternité 

     

    De nombreux auteurs grecs, arabes, romains et médiévaux ont rapporté les découvertes de ces lampes au fil des siècles, dans des tombeaux la plupart du temps, mais aussi dans des temples de l’antiquité.

    La description des lampes éternelles remonte à la plus haute antiquité.

    De nombreux auteurs, religieux, alchimistes et autres curieux, se sont intéressés à ces lampes impossible. Pour les uns, elles étaient l’oeuvre du diable, même si les religieux eux-même n’y voyaient que des lampes aux propriétés étonnantes, mystérieuses mais non magique. Pour les autres, elles n’étaient que supercheries, puisque si, eux ne pouvaient fabriquer de telles lampes, elles ne pouvaient donc pas exister.

    Quelques rares hérétiques, quant à eux ont cherché une explication ou se sont mis en quête de ce savoir perdu. Ainsi en cherchant à prouver la réalité de ces lampes impossibles, l’alchimiste allemand Brand de Hambourg, découvrit en 1969 le phosphore.

    De nombreuses hypothèses ont été émises sur la nature de ces différentes lampes, la plupart ont besoin d’air pour se consumer, d’autres au contraire, s’éteignent au contact de l’air (?), certaines émettent une flamme, d’autres sont phosphorescentes, leurs mèches semblent être en amiante (la laine de salamandre) ou en métal, l’huile reste mystérieuse, pour certains elle serait bitumeuse, pour d’autres, issue de l’or par un procédé alchimique secret, ou encore d’origine végétale (notamment l’huile tirée d’une espèce égyptienne de haricots toxiques)…

    Exemples de découvertes de ces lampes impossibles dans les siècles :

    * Le satiriste grec, Lucian (120-180), vit au cours de ses voyages en Syrie, sur le front d’une statue d’Héra un bijoux brillant qui la nuit illuminait tout le temple.

    * Numa Pompilius, le second roi de Rome, outre sa capacité à maîtriser la foudre, possédait également une lampe éternelle dans le dôme de son temple.

    * Plutarque rapporte qu’à l’entrée d’un temple dédié à Jupiter-Ammon, une lampe brûlait, selon les prêtres depuis la plus haute antiquité.

    * Le naturaliste romain, Pliny théorisait sur le fait qu’une lampe remplie de l’huile la plus pure avec une mèche en amiante, pourrait brûler pour toujours.

    * St Augustin (354-430) nous a laissé la description d’une lampe merveilleuse d’un temple dédié à Isis en Egypte, que ni le vent, ni la pluie ne pouvaient éteindre.

    * Durant le règne de Justinien de Byzance en 527, en rénovant un vieux bâtiment à Edessa en Syrie, on trouva dans une niche dissimulée et scellée, un crucifix et une lampe qui aurait brûlé pendant 500 ans.

    * En l’an 600, sur l’ile volcanique de Nesis près de Naples, on trouva dans une tombe en marbre, un vase contenant une lampe dont la flamme brillait dans une ampoule en verre ; celle-ci s’éteignit lorsque le verre fut brisé. La tombe datait de l’ère pré-chrétienne.

    * Vers 1300 Marcus Grecus écrivait dans son « liber Ignium » (livre sur le feu) que l’on pouvait faire une lampe inépuisable avec une pâte à base de vers luisants.

    * Près de Rome, en 1401, on trouva le sépulcre de Pallas fils du roi troyen Evandre, illuminé par une lanterne perpétuelle qui était restée allumée pendant 2600 ans.

    * Sur la voie Appienne près de Rome, en avril a485 on ouvrit la tombe de Tullia, fille de Cicéron, décédée en 44 avant J.C., une lampe qui brûlait faiblement surprit les découvreurs qui la brisèrent. Elle avit brûlé pendant plus de 1500 ans.

    * Ludovicius Vives en 1610, dans ses notes sur St Augustin, dit que du temps de son père, en 1580, une lampe fut trouvée dans une tombe. Elle se brisa lorsqu’on essaya de la prendre. Une inscription révéla qu’elle était vieille de 1500 ans.

    * En 1681 près de Grenoble, un mercenaire suisse nommé Du Praz trouva une étrange lampe en verre qui brûlait dans une tombe scellée. La lampe , toujours incandescente, fut ramenée dans un monastère proche où elle continua à brûler pendant plusieurs mois, jusqu’au jour où un moine âgé la brisa.

    * On trouva une autre lampe, dans une ancienne tombe romaine découverte en Espagne près de Cordoue en 1846.

    * Enfin je terminerai par le père Evariste-Régis Huc (1813-1860), qui a beaucoup voyagé en Asie, a laissé la description d’une lampe perpétuelle qu’il a pu voir au Tibet.

    POUVOIRS


  • Commentaires

    1
    fred
    Samedi 18 Avril 2015 à 04:49

    on semande encore pourquoi on nous cache tout pffffffffff ha les religions quelle mdr vivement satya yuga vivement le retour d'ea enki ils ne pouront plus mentir a l'humanité gentille mort a l'infamille anuiste

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :